jeudi 1 mai 2008

NOUS OUVRIR L’ESPRIT VERS UNE AUTRE MANIÈRE DE VIVRE




TAO et Bouddhisme Théravada ne sont pas si éloignés que cela :


Ce que nous entendons ce sont des mots et des sons. Pour leur malheur, les gens s'imaginent que ces mots et ces sons leur font saisir la réalité des choses-ce qui est une erreur. Mais ils ne s'en rendent pas compte, car quand on perçoit on ne parle pas et quand on parle on ne perçoit pas.

Tchouang Tseu chapitre XIII




Le Tao nous ouvre l’esprit vers une autre manière de vivre. Depuis longtemps nous nous sommes éloignés de ce qui est notre vie même : l’équilibre du ciel et de la terre.

Nous avons oublié que nous étions simplement une parcelle de cette terre et de ce ciel, de cet univers sans lequel nous n’aurions même pas d’existence...

Les souffles qui nous traversent sont ceux du ciel et de la terre, de l’univers tout entier... Il nous appartient de maintenir ce souffle vital...

Avec ou sans nous, l’univers survivra ...

Le ciel et la terre ont donné la vie à ce corps que nous appelons "soi". Mais la vie qui circule en nous n’est pas nous, elle ne nous appartient pas, nous sommes vivants de la même vie de l’arbre ou de la fleur, du corbeau ou du renard, vivants comme l’eau et la pierre, le ruisseau et l’océan, le soleil et la lune, les étoiles et l’univers insondable...

Maintenir la Vie en vie, tel est peut-être le sens ultime de celui qui est dans la voie du Tao... L’éternité n’est pas l’éternité d’un soi mais du souffle de l’univers ... l’univers est éternel et nous sommes une partie de l’univers...

Les enseignements, qui ne sont jamais spéculatifs mais le plus souvent des "paraboles" évocatrices, nous ramènent toujours vers l’essentiel : unir en nous le ciel et la terre : le Yin et le Yang...

Mais le Yin et le Yang sont devenus des abstractions, des concepts des trucs et des astuces, des mots qui veulent tout dire et rien à la fois...

Le corps est ce lieu où s’unissent le ciel et la terre... par notre souci de grandir, de paraitre, de savoir, de posséder nous avons quitté ce qui est la source même de l’être... Selon l’expression populaire "nous avons perdu pied" et perdant pied nous avons perdu nos racines, perdant nos racines nous avons perdu notre "âme" : le souffle vital...

La vie de l’arbre c’est de grandir vers le ciel, l’arbre ne peut vivre qu’enraciné dans la terre et tourné vers le ciel... La vie du fleuve c’est d’aller vers la mer, la vie de l’homme s’écoule jusqu’à la fin de son temps, si on la laisse couler...

Le but de la vie est la vie et c’est tout.


Se vêtir d’habits somptueux,

se ceindre d’épées étincelantes,

festoyer alors qu’on n’a plus faim,

ne plus savoir où serrer ses richesses,

c’est glorifier

le vol et le mensonge.

Ceci est bien loin du Tao.

Tao 53


Source : le Tao au fil de l'eau

2 commentaires:

herve a dit…

tes messages se font rares sur ce site, ils nous manque...

il est bon parfois d'aller voir d'autres enseignements.

j'ai pour ma part une attirance pour le zen soto (Shunryu Suzuki), sans doute à cause du dépouillement dans la pratique qui n'est pas sans rappeler le théravada.

amicalement,

hervé

Kathy a dit…

merci herve

C'est vrai que je viens moins ici car je suis un peu trop accaparée par mon autre blog sur la Birmanie.. et puis par la vie elle-même, tout simplement...

Toute mon amitié et bienveillance