samedi 28 juin 2008

Un an déjà !

ça fait un an que j'ai créé ce blog.

Un an passé en votre compagnie. Encore merci à tous ceux qui ont laissé des commentaires ou qui m'ont envoyé des mels. Vous êtes nombreux à m'écrire pour me remercier, mais aujourd'hui c'est à mon tour de vous remercier, sans vous, ce blog n'existerait pas.  Sans vos encouragements et vos remerciements je n'aurai peut-être pas eu le courage de continuer.

J'avoue que lorsque j'ai créé ce blog pour faire le récit de ma première retraite intensive, je ne pensais pas que ce blog aurait autant de visiteurs et surtout, je ne pensais pas que je continuerai de publier des messages, une fois le récit terminé.

En un an, il y a eu environ 28.000 visiteurs.

Les chiffres : 

Pour être plus précis, Selon Google analytics il y a eu, du 28 juin 2007 eu 28 juin 2008 : 
35.000 visites
27.975 visiteurs 
15.324 visiteurs absolus uniques
107.487 pages vues 
Soit 3,84 pages vues en moyenne par visite.

Je ne sais pas si c'est beaucoup ou peu pour un blog sur le bouddhisme et plus particulièrement sur  le Bouddhisme Théravada mais peu importe, car si ce blog a été utile ne serait-ce qu'à une seule personne c'est déjà bien. 


Si les retraites ( intensives ou non ) me paraissent vraiment utiles pour avancer sur le chemin, c'est parce qu'elles permettent en général, de retour dans la vie de tous les jours, d'être plus attentif, plus vigilant, moins ignorant.  

En ce qui concerne le récit, comme je l'ai écris récemment dans mon message du 16 juin : Chers Lecteurs(trices) et ami(e)s : 

Certains d'entre vous m'ont demandé pourquoi je ne faisais par le récit de mes autres retraites.

Mais si j'ai écris le récit de ma retraite, c'est justement car c'était la première retraite intensive de 10 jours que j'effectuais et j'ai eu envie de partager cette expérience.

Rien n'est permanent et aujourd'hui je n'ai aucunement l'intention ni l'envie de faire le récit des autres retraites que j'ai suivi depuis.

Je pense que cela n'aurait plus d'intérêt et cela ne ferait qu'alimenter mon ego, ce "je" dont on a déjà tant de mal à se débarrasser.

Partager des enseignements, des suttas et des expériences plus ponctuelles c'est bien aussi.

Je ne vais pas revenir ici sur les changements qui se sont opérés depuis les débuts de ce blog, j'en parle déjà dans mon message du 31 décembre 2007 : Méditation et transformation 

Surtout que depuis ce message du 31 décembre, tout est de nouveau différent, l'impermanence a fait son travail.. 

Rester sur le chemin c'est l'essentiel. Je suis  incapable de vous dire si j'ai avancé ou reculé sur ce chemin et à quelle vitesse car ce serait déjà très présomptueux de ma part mais surtout je n'en ai aucune idée. De toute manière cela n'est pas important, ce qui m'importe c'est d'être sur le chemin, de l'avoir trouvé. Ensuite si vous reculez un peu, ou si vous restez à la même place, ce n'est pas grave car le plus difficile c'était de le trouver.

Vouloir progresser à tout prix serait une erreur et source de souffrance. Ne rien vouloir, ne rien attendre, juste être dans le moment présent et respecter les préceptes.

Il faut cependant faire des efforts suffisant pour  rester dans la bonne direction (l'effort juste) mais c'est un effort sans effort, je veux dire par là que l'on a pas le sentiment d'effort. On y est, on est bien et on n'a aucunement envie d'aller voir ailleurs.. 

Plus le temps passe et moins j'ai de certitude, plus le temps passe et moins j'ai de réponse à donner.
Il y a à peine 3 ans, je découvrais le Bouddhisme théravada et comme j'ai lu beaucoup de livres et de sutta  j'avais plein de choses à dire, plein d'explications à donner, j'avais même parfois, dans les forums bouddhistes, des "leçons de bouddhisme" à donner aux autres. 

Aujourd'hui je n'ai plus aucune leçon à donner, aucun conseil précis, j'ai juste envie de partager certains enseignements, certaines réflexions personnelles car je réalise à quel point c'est facile de se tromper.

Et quand je relis certains de mes messages, ici où sur des forums, je réalise à quel point je manquais parfois d'humilité.

Lorsque je m'assois sur mon coussin de méditation je le fais sans attente, sans but  et je me contente d'observer ce corps et cet esprit qui ne  sont ni "mon" corps ni "mon" esprit. 

L'ignorance est notre pire ennemi et nous ignorons à quel point nous sommes ignorant. Nous pensons, nous affirmons, nous revendiquons, nous voulons, nous jugeons mais nous sommes dans l'erreur la plus part du temps. 
Parfois, durant un court instant, alors que nous étions juste présent, à l'écoute de notre respiration, sans rien vouloir ni désirer, nous voyons  réellement qu'il n'y a rien que nous puissions contrôler, rien qui ne soit à "Nous",  pas même ce corps; rien qui ne soit permanent; rien qui ne soit pas "souffrance", même ce que nous pensions être le bonheur. Juste un sentiment de Paix, puis ce sentiment de Paix disparaît à son tour.  Les choses naissent et disparaissent sans notre intervention.. et de nouveau nous ne voyons plus rien... jusqu'à la prochaine fois.. 


J'ai rencontré le dhamma alors que je ne le cherchais pas.. 


4 commentaires:

herve p a dit…

BON ANNIVERSAIRE
Avec METTA

et bon courage pour la suite!

isara

Kathy a dit…

merci à toi de passer régulièrement.

Lancelot a dit…

Félicitations pour le succès de ton blog.

Je viens te dire bonjour.

Que tu sois en pleine forme, heureuse et en paix.

Avec metta.

Kathy a dit…

Bonjour à toi Lancelot, tu es un de mes tous premiers visiteurs... j'espère que tu vas bien depuis l'année dernière.
Avec bienveillance