mardi 6 novembre 2012

Le Bouddhisme est un « Art de vivre », ou plutôt un Art de ne pas vivre dans l’illusion.


Etre Bouddhiste, toutes traditions confondues, c’est tout d’abord prendre refuge dans ce que l’on appelle les trois joyaux : Le Bouddha, le Dhamma (ou Dharma en sanscrit) et la Sangha.

Bouddha n'est pas un nom propre, c'est une épithète, qui signifie « Èveillé ». Le Bouddha est un Homme qui s’est éveillé « du profond sommeil de l'illusion ».

Le « dhamma » ou dharma, ce sont les enseignements qu’il a dispensé.
Les hommes a dit  le Boudha, « sont comme des lotus dans un étang. Quelques-uns sont en pleine floraison quand d’autres qui ont la tige trop courte restent au fond de l’eau ; et puis il y a ceux qui flottent entre deux eaux, n’attendant qu’un rayon de soleil pour émerger » C’est pour ces derniers qu’il a décidé d’enseigner sa doctrine car il savait que tous les hommes ne seraient pas capable d’entendre et de comprendre son enseignement. Le dhamma est le rayon de soleil qui nous aide à émerger de l’illusion.

La Sangha ou la quadruple communauté, rassemble des religieux et laïcs, hommes et femmes.

Pour cela, il faut pratiquer, méditer, et petit à petit apprendre à vaincre les trois poisons de l’esprit que sont l’ignorance, la colère, et l’attachement.

· Commençons par la colère, la haine.

Je suis devenue végan parce que je ne supportais pas la souffrance infligée aux animaux.

Les images sur la barbarie envers les animaux que l'on peut voir ici et là sont d'une telle violence, qu'elles suscitent beaucoup de colère. Certains "défenseurs" de la cause animale éprouvent parfois une haine incontrôlable à l'encontre de ceux qui les font souffrir. J’avoue également que c’est un exercice permanent et difficile.

Cette haine est certes le chemin le plus immédiat, le plus humain, le plus légitime presque. Elle est parfois si dense, si immense, si douloureuse que le seul exutoire possible, la seule solution pour faire cesser cette foudre qui s’est abattue sur nous parait être le passage à l’acte, ou si on la refoule, une intense « auto-douleur ». Quel acte cependant ? Quelle solution si elle signifie devenir en miroir exactement semblable au bourreau ?

Etre aveuglée par la haine ne m’a jamais permis de faire avancer les choses, de trouver une solution juste.

La méditation m’aide à observer ce qui se passe en moi, elle me permet de garder un espace, une lueur même infime pour ne pas laisser la haine salir ma vie. Et si jamais la haine m’envahit quand même, je veux en être consciente afin de ne surtout pas m’identifier à elle, ni être dominée par elle. 

Ainsi, ce qui m’empêche de sombrer dans la haine envers mes semblables, c’est la pratique de la méditation bouddhique et l’enseignement du Bouddha. Même si je ne l’admets pas,  je peux comprendre que des personnes qui n’ont pas eu l’outil pour développer cet espace, tiennent des propos haineux à l’encontre des mangeurs de viande et de protéines animales, et finissent par déraper en souhaitant aux humains tout le malheur du monde.

Je ne veux pas être remplie de haine mais remplie d’amour bienveillant et de compassion. La haine nous emporte dans des tourbillons de souffrance et nous ne sommes alors plus capables d’agir efficacement.

Si nous véhiculons la haine autour de nous alors, nous sommes comme les bourreaux, comme les personnes qui maltraitent les animaux. Nous devons nous efforcer d’être meilleur qu'eux, nous devons nous efforcer de leur montrer qu’ils se trompent.

J’essaye de ne jamais souhaiter de mal à personne, même à ceux qui ont fait le mal autour d'eux, car plus ils seront en souffrance, plus ils continueront dans cette direction. Je souhaite en revanche, qu'ils soient jugés plus sévèrement par la Justice, que les sanctions qu’ils encourent actuellement.

En résumé, j’essaie de ne jamais confondre vengeance et justice, et je suis persuadée que seul l’amour peut vaincre la haine.


· L’ignorance. 

L’ignorance dans le Bouddhisme n’est pas une « non-connaissance ». Il ne s’agit pas ici d’un savoir intellectuel. L’ignorance consiste à ne pas voir les choses comme elles sont réellement parce que notre esprit est recouvert d’un voile.

Je prendrai l’exemple suivant. Amoureuse de la liberté et respectueuse d’autrui, je pourrai me dire à propos du fait de manger du cadavre ou non, que chacun fait comme il le veut. Mais en m’interrogeant plus loin, en cherchant à dépasser cette limite, et motivée par l’amour que j’ai pour les animaux comme pour les humains, je peux comprendre qu’une liberté basée sur le meurtre et la torture n’est pas une liberté, et n’a aucun droit d’être invoquée pour se justifier. La liberté basée sur un conditionnement erroné n’en est pas une non plus. C’est pour cela qu’en toute conscience je me permets de militer pour le « Véganisme », et de manière non violente.

Ce sont ces voiles qui, peu à peu, de méditation en questionnements, tombent, et « pèlent l’oignon » jusqu’à sa pureté. C’est ainsi que l’on reconnait les grands enseignants bouddhistes : ils sont humbles, parce qu’ils ont affronté beaucoup de leurs limites, beaucoup de leurs erreurs, beaucoup de leurs conditionnements.

· L’attachement : Le Bouddha a enseigné le détachement, pas l’indifférence,

L’attachement dans le Bouddhisme n’est pas une qualité, mais un poison. C’est une
saisie de soi-même obstruant la réalité.

Une étude récente de l'école de médecine de l'Université du Massachusetts, a montré que les personnes pratiquant la méditation souffraient moins de la solitude.

En effet, L’Homme, lorsqu’il se coupe de la réalité par une saisie trop forte de lui- même, devient pour lui-même et les autres une source de souffrance. A titre d’exemple, celui qui refuse de voir que le feu est rouge risque une collision pour lui- même, et celui qui passerait à ce même moment.

C’est ainsi que comme source de bonheur, le Bouddha a enseigné l’altruisme, pas le chacun pour soi. Un acte généreux nous éduque à nous dessaisir de notre attachement.

De la même façon, puisque la Vieillesse et la mort sont inévitables, nous devons apprendre à les accepter. Rien n’est permanent, nous ne pouvons pas nous attacher à une illusion, à tenter de saisir un arc en ciel.

En revanche, il est erroné d’accepter comme fait établi, qu’à notre époque des humains meurent de faim ou de soif ou de maladies liées à la pauvreté alors même qu’il existe des moyens pour les éviter. Il est erroné d’accepter comme fait établi que des animaux soient torturés par milliers pour notre simple plaisir.

Le Bouddhisme nous enseigne aussi la compassion (Karuna) et l'amour universel (metta)

Souhaiter le bonheur des autres, de tous les autres y compris de ses ennemis c'est déjà magnifique, mais agir pour cela, tout en respectant les enseignements du Bouddha, c'est encore mieux. On passe alors de la compassion à la compassion active.

Notre libération de la souffrance est indissociable de celle de tous les êtres vivants.

A suivre....


Catherine - novembre 2012 

2 commentaires:

eleinya a dit…

Bonjour.
Avant toute chose, merci pour votre blog, riche en informations et en expériences. Depuis plusieurs annéess, j'ai envie de me convertir à la doctrine bouddhiste, mais je n'ose pas franchir le cap. Etant végétarienne depuis toujours, et souvent incomprise, je ne trouve pas ma place dans ce monde. C'est comme s'il manquait quelque chose dans ma vie ou au contraire, qu'il y avait quelque chose en trop...je le sens au plus profond de moi-même. Je souhaiterai prendre conscience et trouver enfin la paix mais je ne sais comment y parvenir. Aujourd'hui enfin, à la lecture de vos récits, je suis enfin prête à faire le premier pas vers cette libération. Je ne sais par quoi commencer, mais je sais que c'est le bon chemin.
Merci.

Blutack a dit…

"je peux comprendre qu’une liberté basée sur le meurtre et la torture n’est pas une liberté, et n’a aucun droit d’être invoquée pour se justifier"

Fort de cette affirmation vous devez surement militer contre l'avortement n'est pas ?